© 2018 by Palabres Group.

Adresse Paris : 

73 rue Saint Honoré, 75001, Paris - France

Tel: +33 7 50 98 76 70

Adresse Conakry :

Immeuble IBS, Kipé Centre Emetteur, Conakry - Guinée

Fintechs, une odyssée africaine ?

13/07/2018

 

Le continent africain est confronté à des défis en matière de technologie financière qui sont diamétralement opposés à la situation dans le monde occidental. Avec près de 80% des adultes en Afrique n'ayant pas accès à des services bancaires formels ou semi-formels, la majorité du continent reste non bancarisée - du moins dans le sens traditionnel du terme.

 

Au cours des dernières années, le monde de la technologie et des investisseurs a braqué ses projecteurs sur les FinTechs au niveau mondial, en misant sur la capacité des startups fintech a briser et  perturber le statut-quo bancaire. Rien qu'en 2015, les investisseurs ont versé plus de 14 milliards de dollars aux entreprises fintech du monde entier, tandis que les start-up fintech africaines ont attiré près de 30% des investissements totaux dans le continent, soit près de 50 millions de dollars en 2015 et déjà 90 millions sur les 6 premiers mois de 2018.

 

En outre, près du tiers des fonds recueillis par les startups africaines en 2017  était dans le secteur des technologies financières. Et les chiffres jusqu'à présent pour 2018, placent les écosystèmes de startup fintech encore loin devant les autres, agrotech, santé, industries de technologie avec près de 50%s des levées de fond.

 

Bien que les technologies financières tendent à perturber le secteur financier traditionnel dans les économies les plus avancées, en Afrique, elles comblent des lacunes qui n'ont pas du tout été abordées par le secteur bancaire.

 

Le nombre élevé de personnes non bancarisées et mal desservies, les économies en croissance et le besoin croissant de produits financiers représentent une opportunité importante pour les startups de fournir des produits et services financiers de manière disruptive et innovante que les banques traditionnelles ne peuvent pas offrir. Il ne s'agit pas seulement de donner accès à un compte bancaire, mais surtout de créer une infrastructure bancaire et des services pour les masses qui n'ont jamais ou rarement déjà interagi avec une banque auparavant. Ces solutions et services fintech africains seront complètement différents de leurs homologues dans le monde occidental et joueront un rôle important dans la création d'une croissance économique durable à travers le continent.

 

 

Startup Fintech en Afrique

 

Cela dit, la gamme de startups fintech en Afrique va bien au-delà des comptes bancaires et M-Pesa. L'innovation Fintech en Afrique peut être trouvée dans un certain nombre de catégories différentes, traversant tous les domaines de la vie. Une classification grossière des principaux domaines d'activité pourrait ressembler à ceci, avec tous ces services potentiellement complémentaires les uns sur les autres et s'intégrant les uns aux autres.

 

 


Les portefeuilles mobile 

 

Ce n'est pas un secret que l'Afrique est le leader mondial en matière d'adoption et d'utilisation des portefeuilles mobiles. Le continent compte plus de 220 millions de comptes mobile money enregistrés.

 

L'exemple le plus frappant d'un portefeuille mobile est le fameux M-Pesa du Kenya - vedette de l'innovation fintech en Afrique. Aujourd'hui, plus de 50% des adultes au Kenya possèdent un compte M-Pesa et le volume des transactions sur le système équivaut à peu près à 50% du PIB du Kenya. Alors que le Kenya a connu un succès incroyable avec sa plateforme de paiement mobile, des projets similaires n'ont pas pris sur d'autres grands marchés tels que l'Afrique du Sud et le Nigeria. Les petits marchés ont également connu une adoption élevée des services de mobile money. Par exemple, la start-up sud-africaine Zoona, qui exploite un réseau similaire en Zambie et au Malawi, a annoncé avoir fait transiter plus de 1 milliard de dollars sur sa seule plate-forme en 2015.

 

Les plates-formes de paiement mobiles sont considérées comme le principal levier d'inclusion financière sur le continent, même si l'économie du modèle d'agent - où des agents indépendants tels que les commerçants et « bana-bana » font office de succursales bancaires improvisées - ne permet toujours pas aux acteurs de traiter de petites transactions, ce qui exclut une majorité de personnes d'utiliser ces systèmes dans toute leur étendue. Les plates-formes de paiement mobiles sont aujourd'hui ce qui se rapproche le plus de l'inclusion financière à travers le continent et servent de passerelle pour fournir aux populations l'accès à une variété de services financiers, mais ont encore un long chemin à parcourir pour devenir de véritables plates-formes qui facilitent la création de produits (il suffit de regarder combien de temps Safaricom a pris avant d’ouvrir son API M-Pesa).

 

 

Paiment

 

Aujourd’hui, l'un des plus grands défis pour les plateformes d'argent mobile est l'interopérabilité au sein des pays et entre les pays, ce qui limite leur attrait en tant qu'outils de paiement généralisés. Jusqu'à l’année dernière, les plates-formes concurrentes, même dans le même pays, n'étaient pas interopérables et les transferts transfrontaliers étaient impossibles ou très coûteux. Cependant, une série d'accords récents de coopération et d'interopérabilité entre opérateurs mobiles ont ouvert de vastes opportunités pour les transactions transfrontalières et inter-portefeuilles. Aujourd'hui, de nombreux pays d'Afrique disposent déjà d'options transfrontalières pour les comptes mobile money, selon une récente étude de la GSMA.

 

Ceci est important parce que les envois de fonds sont la plus grande source d'investissement étranger sur le continent africain, et pourtant il coûte bien plus cher d'envoyer de l'argent en Afrique qu’à n'importe quel autre endroit. La possibilité de réduire le coût du transfert d'argent vers et à travers l'Afrique est essentiel et un certain nombre de startups travaillent sur cette question sous différents angles.

 

Au-delà du simple transfert d'argent, de nouvelles formes de startups et d'initiatives de transferts de fonds se sont développées ces dernières années. Les acteurs traditionnels doivent se renouveler tel que M-Pesa qui permet une liaison avec Paypal, permettant à toute personne possédant une carte de crédit de déposer sur un compte M-pesa, alors que les startups repensent les transferts d'argent internationaux à partir de zéro.

 

Par exemple, la start-up londonienne Senditoo, permets le transfert d’argent via « top-up » utilisant le transférer du crédit téléphonique comme nouveau flux financier. Bien sûr, Bitcoin et les crypto-monnaies en générale ont également le potentiel de devenir une force majeure sur le marché des envois de fonds, les banques ainsi que les start-ups misant énormément sur la nouvelle technologie blockchain. Les banques africaines adoptent Bitcoin comme un moyen de repousser les perturbateurs tandis que des start-ups comme BitPesa (Kenya) et BitX (Afrique du Sud) travaillent sur les éléments de base pour faire des transferts transfrontaliers abordables en Afrique une réalité et perturber les banques. Dans le même temps, la population en général - votre citoyen moyen - ne connaît pas encore grand-chose au bitcoin et ce dernier n'est donc pas encore largement adopté, avec seulement 2 magasins physiques au Kenya l'acceptant à ce jour.

 

Enfin, l'acceptation d'espèces et de paiements numériques sur les points de vente est également un domaine de développement intéressant qui est abordé par un certain nombre de startups différentes. Des entreprises comme Nomanini ont construit un système de point de vente GSM robuste et connecté aux vendeurs informels de services prépayés tels que l’accès aux chaînes satellitaire et à l'électricité.

Toutes ces entreprises ont pour but de faciliter et de simplifier les transferts d'argent, ce qui, à son tour, contribuera à stimuler l'activité économique et, en bout de ligne, la croissance.

 

 

Services bancaires de base

 

L'un des inconvénients d'un continent fortement dépendant au cash et en majorité déconnecté est que pour la plupart des clients, il n'existe aucune donnée permettant d'établir leur solvabilité de manière traditionnelle, ce qui rend l'accès à des produits financiers tels que les prêts et le crédit pratiquement impossible.

 

Certaines startups à travers le continent redéfinissent la définition des scores de crédit. Les entreprises comme Branch et GetBucks calculent la solvabilité d'un client et accordent des microcrédits entre 2,5 $ et 500$, en utilisant des données telles que l'utilisation du téléphone, la présence sur les réseaux sociaux, les données GPS, les portefeuilles mobiles, etc.

 

M-Pesa peut également servir de plate-forme pour développer de nouveaux produits et services bancaires. Par exemple, la start-up kenyane M-Kopa a commencé à offrir aux clients des lampes solaires, des radios et plus récemment même des téléviseurs en échange d'un paiement quotidien par M-Pesa entre 0,5 et 1,5 dollar par jour jusqu'à ce que l'appareil soit remboursé, ce qui arrive souvent en moins d'un an. Tout en recevant des paiements quotidiens de ses clients au cours d'une année, M-Kopa apprend également beaucoup sur la solvabilité de ses clients, leur permettant d'offrir certains produits et services à ses clients les plus solvables.

En plus d'être utilisé pour l'achat de biens et de services, M-Pesa a commencé à offrir M-Shwari, un produit d'épargne dédié construit sur M-Pesa, permettant aux clients d'économiser de l'argent pour un objectif et / ou un calendrier précis.

Les services décrits ci-dessus offrent la première opportunité de collecter des données financières sur des personnes qui n'auraient pas laissé de traces dans les listes de suivi de crédit traditionnelles et de leur proposer des services ciblés et l'accès à des produits financiers qu'ils n'auraient jamais eu auparavant.

 

 

Gestion de patrimoine

 

Même la gestion de fortune - qui, comme son nom l'indique, a besoin d'un certain degré de richesse pour commencer - est réinventée et adoptée spécifiquement dans le contexte africain.

 

Traditionnellement, dans de nombreuses cultures à travers le continent, la richesse est exprimée et stockée dans le bétail. Ce concept est si profondément enraciné dans la culture que, même aujourd'hui, de nombreux rituels de mariage traditionnels à travers le continent exigent que le marié paie la famille de la mariée en bétail avant de se marier. Compte tenu de cette tradition, il n'est pas surprenant qu'un certain nombre de startups abordent la gestion et la préservation de la richesse d'une manière vraiment africaine. Par exemple, Live Stock Wealth d'Afrique du Sud permet aux clients d'investir dans le bétail et d'obtenir un retour sur leur investissement en vendant la progéniture. Les utilisateurs peuvent acheter une vache pour ~ 800 $ et gagner environ 300 $ pour chaque progéniture vendue, générant un retour sur investissement de près de 40%. La beauté de la solution est qu'elle est aussi facile et sans effort que l'achat de stock (Live Stock Wealth gère tous les achats, l'alimentation, l'élevage et la vente sans que l'utilisateur ait besoin d'être impliqué) tout en échangeant un produit que la majorité de la population africaine comprend.

 

Un autre service qui aide les utilisateurs à suivre et gérer leurs finances est 22seven, qui offre aux utilisateurs un tableau de bord pour suivre leurs habitudes de dépenses et d'épargne, créant ainsi plus de transparence et de responsabilité.

 

 

La relation entre les entreprises et les startups Fintech

 

Construire une start-up en Afrique - en particulier dans l'espace fintech bien plus réglementé que les autres secteurs - est encore une tâche ardue. Les défis domestiques, ainsi que le marché fragmenté de plus de 54 pays et de plus de 2000 langues en Afrique, font du processus de construction d'une entreprise panafricaine, un défi plus important que partout ailleurs dans le monde. Mais cela rend également la récompense exponentiellement plus élevée.

 

C'est pourquoi la clé du succès des start-up fintech africaines n'est pas seulement de lever des fonds, mais d'avoir accès aux marchés et aux clients, ce qui est l'un des atouts majeurs que les entreprises peuvent apporter à la table. Pressées par la concurrence et le besoin d'innover, les entreprises lancent une variété de programmes pour trouver, croître, investir et collaborer avec des startups. Menacés par les perturbations des entreprises fintech, et la crainte d'être obsolète dans la prochaine décennie, les banques africaines ont souvent été à la pointe de la collaboration entre les startups et les entreprises.

 

Au cours des dernières années, la plupart des grandes banques du continent ont lancé des programmes de collaboration, d'investissement et d'acquisition de startups de différentes manières et avec des objectifs différents. Par exemple, Rand Merchant Holdings a récemment lancé Alphacode Club, un club exclusif pour les entrepreneurs fintech en Afrique du Sud dans le but de créer et de soutenir la prochaine grande entreprise de technologies financières du Groupe.

 

Parallèlement, Barclays a ouvert un laboratoire de produits au Kenya fin 2015 tandis que Standard Bank a lancé des programmes d'incubation à Johannesburg et au Cap.

Le raisonnement derrière ces initiatives de démarrage d'entreprise dans l'espace fintech est relativement simple - C'est une situation gagnant-gagnant:

 

La condition au succès des entreprises fintech en Afrique sera de déterminer comment elles peuvent stimuler la croissance économique en créant une inclusion financière maximale, une mobilité élevée du capital dans et entre les pays et en offrant aux clients des produits et services ciblés, pertinents et abordables.

 

-------------------------------------------------------------------

 

Découvrez nos offres et services ICI

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

1ère édition de l'AfterWork les Palabres à Conakry

08/06/2018

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle